CHICKY C'EST LETTRES ET ;

BONNES ÂMES QUI SONT PRÊTES à t'accueillir dans leur team contre les bisounours démoniaques !

Même qu'on offre un marshmallow à qui vient de débarquer ♥ (et un pour vous tous aussi blblbl)

Mais c'est aussi découvrir tout plein de mystères, des lieux bizarres, colorés et vastes ; Etoh (et ses régions qui viendront peu à peu au fil du temps rien que pour vous ♥)

× 20.05.2014
Nouvelles couleurs, nouvelle animation ce mercredi, et un recensement pour faire le ménage ici @www. keur♥
CHICKEN EAT GREEN'S FEEDING ; LIFE ON ETOH
 
HYBRIDES
8
NEENS
7
HUMAINS
13
OXYDS
6

Tout le forum appartient à ses fondatrices Mckenzy et Green. 3ème version de Chicky entièrement codée par Mckenzy. Aucune copie, partielle ou totale, n'est autorisée sinon shouik ♥ Tous les beaux dessins-là proviennent de Tumblr et de notre Mckenzy☆
RUMEUR DU MOMENT ;

BAM! Les rumeurs tombent! Mckenzy n'arrête pas de tomber malade, mais continue quand même à se casser le popotin pour bosser sur le forum! Les cours reprennent le 30 donc c'est un peu la galère... mais elle se tue à la tâche, avec le sourire ♥

AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

CLIQUE ET VOTE
TOUTES LES DEUX HEURES ♥
     

Partagez | .
 

Ajowan Cidulée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité



MessageSujet: Ajowan Cidulée    Mer 20 Nov - 22:14


☆ Ajowan Cidulé
« les rayures ça me va bien au teint »



ㅡ identité

NOM & PRENOM(S) : Ajowan Cidulée
SURNOM(S) : Ajojow
ÂGE : 25 ans
ESPÈCE : hybride
ORIGINES : Aucune idée, et puis de toute façon, c'est pas une question qui se posait dans ma famille.

TU VOIS ÇA COMMENT TOUT CET ARRIVAGE D'HUMAINS ? Bien, c'est plutôt cool. Les pures souches ont trouvés de nouveaux boucs émissaires. En soit, c'est déjà pas mal, on progresse doucement, très doucement, sur le chemin de la rédemption.

ET LE ROI NODJ, C'EST UN VIEUX TYRAN HEIN ? Boarf, il fait bien son boulot, c'est l'important. Qui se souci de ne l'avoir jamais vu, tant que sa fille fait acte de présence ?

DIS-MOI, SI TU POUVAIS T'EXILER SUR LA TERRE, où IRAIS-TU ? Je commencerai par la France, il parais qu'ils ont une tour très très grande, la tour Affrel qu'elle s'appelle. Puis je voyagerai, partout et nul part, comme je l'ai toujours fais.
ㅡ histoire

De tous points de vues, la famille des Peinturlurés ressemblait plus à une bande de sauvages dégénérés qu'à une fratrie en bonne et due forme. Admettre avoir une parenté avec eux, c'était prendre le risque de devenir la risée de personnes se proclamant biens pensantes, et ça, peu de gens en avait réellement envie. C' était en partie pour cela que les Peinturlurés avaient si mauvaise réputation. On disait d'eux q' ils ne se souciaient pas des conventions, qu'ils étaient complètement fous. Vivant comme des animaux, entourés de cadavres et d’excréments. On présumait que ces monstres n'avaient aucune morale, qu'ils tueraient pères et mères par simple caprice. Oui, on les craignaient, un peu. Mais c'était plus dégoût, de la moquerie, qu'ils subissaient chaque jours. Quand ils allaient dans un village pour faire les marchés, leurs extrême puanteur, causée par leurs étrange façon de vivre, faisaient retourner toutes les têtes sur leurs passages. Le peu d' habits qu'ils portaient, sales et en lambeaux faisaient hurler les plus réfractaires. Et leurs cheveux, noirs de crasse, n'aidait malheureusement pas à écouler leurs marchandises. Jamais ils ne restaient au même endroit. Ils venaient, et vendaient des plantes médicinales rares, que beaucoup ne prenaient pas le temps de regarder. Certains parcouraient des villages entiers pour se procurer leurs marchandises. C'était les mêmes qui faisaient courir sur eux toutes ces rumeurs absurdes, s'assurant ainsi la garantie d'un prix bas. Et la totale coopération de ces hybrides, assailli par la misère. Car même si ils arrivaient à trouver des plantes et des objets que jamais personne ne trouveraient, ces pauvres gars n'avaient aucunes idées de la valeur de leurs butins, n'y même la façon d'on ils pourraient s'en servir. Pour se soigner, pour en faire des vêtements, pour mieux vivre, tous simplement. Ce petit manège dura des années. À vrai dire, on n'avait jamais connu les Peinturlurés autrement que pauvres et mal en point. Mais la situation se détériora d'un coup le jour ou l'on découvrit qu'ils étaient les auteurs de crimes crapuleux, sur des oxyds qui n'avaient, apparemment, aucuns rapports avec eux. La peur et le dégoût, attisés par les types qui gagnaient de l'argent sur leurs dos, se transforma rapidement en haine. Et les peinturlurés furent emprisonnés, dans des cachots d'une capitale en ébullition. Seuls quelques uns furent innocentés, ayant un alibi suffisamment fiable pour tenir devant la cour. Ajowan, quinze ans, faisait partie de ceux la.

Ajowan était une jeune femme un peu sauvage, qui n' avait que de vagues notions de lecture et d'écriture. Elle ne souriait pas, et ne parlait jamais. Sa façon de vivre n'avait pas changée depuis l'incarcération de sa famille. Tous comme les autres, elle continuait d'écumer le monde à la recherche de trésors, et à tenter de le revendre. Les clients se faisaient pourtant de plus en plus rares, cette histoire avait complètement discréditée l'étrange famille auprès d'eux. Alors oui, l'avenir semblait sombre. Mais au milieu de ce miasme apparu une lueur d'espoir. Une lueur nommée Rapoletto. Cet éminent professeur décida d' aider ce qu'il restait du clan. L'affaire Peinturluré avait suffisamment été retentissante pour faire écouler l'encre des magasines. Non, il n' avait pas prit en pitié cette troupe d'enfant, seulement guidée par une jeune fille de quinze ans, perdue dans ses nouvelles responsabilités. Le docteur avait tous simplement hurlé « prem's » quand la possibilité d'un rapport sur eux avait été formulée. Il savait reconnaître les occasions en or, celles qui permettaient de l'élever au dessus de ses collègues, de le faire bien voir de ses patrons, en vue d'une éventuelle promotion. Celle ci en était assurément une, et pour rien au monde il ne l'aurait laisser passé. Des années durant, il chercha à comprendre comment des hybrides, aussi défavorisés soient t' ils, avaient pu en revenir au stade le plus primaire, le plus sauvage, de la société. Ce qui avait pu les pousser à redevenir des animaux. Ils étaient à eux tous seuls une sous culture, et ça, Rapoletto le comprit immédiatement.

Il s'avéra que leurs cheveux n'étaient pas noirs, comme on aurait pu le présumer au premier abord. Non, ils étaient violets, tous comme leurs yeux. Leurs peaux, une fois décrassée, se révéla couverte d'étranges tatouages, en forme de rayures. Leurs nombres variait d'un individus à un autre. Et le professeur constatât avec effroi qu'il s'agissait d'extraits végétaux, d'on les Peinturluré s'enduisaient constamment. Cheveux et peaux, en oubliant de les enlever, de se laver. Après séchage, cette coloration virait au noir, c' était ce qu'il semblait leurs donner cet aspect si repoussant. L'étude était faite pour durer quinze ans. La journée, les enfants allaient à l'école, vivaient les petites vies, et revenaient à la maison le soir. Raconter leurs journées, leurs petits tracas, leurs secrets, leurs confidences. En dix ans, cet étrange docteur avait vraiment réussi à faire partit de leurs fratrie.

Aidé par des professeurs particuliers, il les éduqua. Afin d' étudier leurs intégration dans la société. Tenir une fourchette, faire ses devoirs, apprendre ses leçons. Tous cela était nouveaux pour eux. Le chemin fut laborieux, mais peu à peu, ils s'y firent. Gardant quand même ce petit quelque chose de sauvage, d'imprévisible. D'animal. Le parfum des détritus et de transpiration laissa pourtant place à celle de détergeant citronné, celui des plantes qu'ils utilisaient. Oubliant ce nom qui les handicapaient auprès des autres, ils décidèrent de prendre celui de cette peinture. En mémoire de leurs congénères aujourd'hui prisonniers, de leurs parents ou de leurs frères et sœurs, il continuèrent à s'en imprégner. Car cela faisait partit de leurs patrimoine, et que, quoi qu'ils fassent, cet étrange passé ne les abandonneraient pas. Dans ce cas la, autant être fier de ses origines, non ? En la combinant avec une certaine normalité, l'effet rendu par la Cidule était époustouflant. Du violet en veut tu en voilà. Des rayures, tel les zèbres dans les livres d'images. Des habits courts, laissant voir les membres, dégarnis de poils de cette étrange famille. Oui, ils n'avaient maintenant plus rien à voir avec les monstres qu'ils avaient jadis étés. Ils étaient maintenant civilisés. Ils étaient maintenant normaux.
ㅡ caractère & goûts

Mon caractère ressemble à une tarte au citron. Sucré, mais légèrement acide. Pleine de vie, de richesses, mais recelant de ce petit quelque chose qui fait la différence. Cette acidité, apportée par la vie que j'ai vécue, me définit. Au même titre qu'elle définie cette tarte, tant appréciée par le grand public. Tant dénigrée par ceux qui ne savent lui parler. Qui ne savent la comprendre. Pourtant, on ignore bien souvent que sous la crème, il y a une basse croustillante. C'est ma vraie nature. Sous la douceur, elle se cache, se terre, et ne ne se révèle qu'une fois en bouche. Une explosion de saveurs, qu'il faut contraire pour apprécier. Parfois, on trouvera aussi dessus de la meringue. C'est le petit bonus, présent pour ceux qui savent déjà à quoi s'attendre. De la douceur, présente dans sa forme la plus primitive. Un petit quelque chose, pour rehausser le goût de cette tarte. Destiné à éclipser l' acidité, sans toutefois réussir à y parvenir complètement. Je suis Ajowan Cidulé. Mais que voulez vous, c'est ma façon d'être. Je suis Acidulée.



☆ Pépite
LET'S EAT SOME PO-PO-PO-POTATOES

+ QUI EST SUR TON JOLI AVATAR ? : Maniwa Kyouken
+ ET, D'AILLEURS TU AS QUEL ÂGE ? : 11 ans et demie //SBAFF//
+ SEXE : non merci
+ ALORS, COMMENT TU ES ARRIVE(E) JUSQU’À NOUS ? : En rampant pardi !
+ DES AVIS, DES IDÉES POUR Chicken eat G's F ? : Une plus grande source d'info concernant les lieux ? OxO
+ SI TU VOYAIS PETER PAN DANS TA CUISINE EN TRAIN DE CAMBRIOLER TON FRIGO, QUE FERAIS-TU ? :C'est simple, je prend mon fusil, celui qu'il y a sous mon oreiller, et je lui tire dessus. Quitte à m'y reprendre plusieurs fois, histoire d'être bien sure qu'il soit mort. Peter pan ou pas, on ne touche pas à mon frigo è.é
+ AUTRE CHOSE ? :LES RAYURES C EST LA VIE !


Dernière édition par Ajowan Cidulé le Dim 24 Nov - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mckenzy

#hybrides incompris

JOB : Larbin à plein temps

NB DE SUJETS : 396
COTS <コ:彡 : 3381

MessageSujet: Re: Ajowan Cidulée    Jeu 21 Nov - 22:55

Bonsoir bonsoir ! crazy

C'est vrai ? 11 ans ? Tu vois, c'est juste génial, tu n'as pas fait de hors-sujet - alors qu'avec une telle histoire c'est souvent le cas de tomber dans le HS. Mais là, pas du tout, tu as fait de l'histoire une description du passé de ton personnage en incluant une description physique avec. C'est classe !

Je te valide, et je te mets dans le groupe des hybrides - tout violet comme ton avatar huhu.

N'hésite pas à aller te créer une fiche de liens et à poster une demande de logement - sauf si tu aimes dormir à la belle étoile. Et concernant les rps tu peux commencer là où tu veux avec qui tu veux en demandant à un membre via message privé (je suis en train d'écrire le sujet où faire des demandes de rps :3 )

Allez, bonne soirée heart

edit : à un moment dans la vidéo, il y a marqué ?Etoh sur un des tubes. C'est fun je trouve 8D
Revenir en haut Aller en bas
 

Ajowan Cidulée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicken Eat Green's feeding :: plurp ❥ les bries du commencement :: oh! ๑ rédiger sa vie :: présentations validées-